Le blog français de l'alimentation cétogène et low carb

Candida : ce petit champignon qui peut faire vraiment mal !

29 octobre 2021
Notez l'article
5/5 - (2 votes)
5/5 - (2 votes)

Candida : un micro-organisme qui peut faire vraiment mal

Ces jours-ci on parle beaucoup du microbiote, de la flore intestinale, de la perméabilité intestinale… et une question ressort souvent : comment savoir si j’ai de la candidose et comment y remédier ? Est-ce que mon alimentation cétogène peut m’aider à faire face à cette condition ?

Le candida

Tout d’abord, il faut savoir que dans notre corps, non seulement dans l’intestin, il y a environ un trillion de microorganismes. Souvent l’attention est placée sur les bactéries, mais les champignons qui habitent dans nos organismes sont aussi importants pour le bien être de nos corps[1]. Dans une étude inédite, le candida a été le type de levure le plus retrouvé chez les participants[2], mais en tout ils ont trouvé101 espèces, avec entre 9 et 23 par participants. Selon des études, le mycobiome (ou population de champignons) dans l’intestin est de 0,1%[3] [4], et le candida a une place importante de ce pourcentage[5].

Le candida albicans ou candidose

Le Candida albicans, également connu sous le nom de candidose, est un type courant de levure, ou champignon. Il est présent dans la peau, la bouche, l’intestin, la gorge et le vagin[6]. C’est une levure que, en général, ne cause pas de problèmes ; néanmoins, une croissance excessive de candida peut entraîner des infections –condition connue sous le nom de candidose– ; le même arrive si elle va se placer dans des organes comme les reins, le cerveau ou le cœur, ou s’il rentre dans le sang. En plus, une augmentation va entraîner une diminution d’autres champignons et bactéries qui sont bons pour la santé.

La candidose est la cause la plus commune des infections fongiques chez l’être humain[7] [8].

Comment détecter la candidose?

La candidose doit être déterminée via un test médical, qui sera différent selon l’endroit concerné. Par exemple, pour l’œsophage ça sera une endoscopie, tandis que pour la bouche ou vagin, on prendra un échantillon qui sera analysé dans un laboratoire.

Quels sont les causes d’une candidose ?

Si vous avait déjà fait du pain dans votre vie, vous savez que les levures s’alimentent de sucre. Donc, une des raisons qui plus souvent expliquent cette croissance indiscriminée de candida est, justement, une diète riche en sucres et glucides raffinés[9]. Cette surconsommation de glucides mène aussi à une baisse du système immunitaire, ce qui a la fois permet donc que le champignon se répande plus facilement[10]. L’excès d’alcool, les antibiotiques[11], les contraceptifs[12], le diabète[13] et le stress[14] sont aussi causes qui expliquent la candidose.

Quels sont les symptômes de la candidose ?

Des symptômes tels que des éruptions cutanées rouges autour des doigts et des orteils, du ballonnement du ventre, de la fatigue, des changements d’humeur, du gaz, une langue recouverte d’une matière blanche, sont associés avec cette condition.

La candidose qui se développe dans la bouche ou la gorge est appelée « muguet ». Elle est surtout présente chez les gens avec un système immunitaire affaibli et chez les nourrissons[15], ainsi que chez ceux qui ont une mauvaise hygiène orale. La maladie se présente sous forme de lésions blanches sur la langue, les gencives, la partie intérieure des joues et peut arriver à l’œsophage[16].

La fatigue est une autre conséquence de la candidose. Si bien il n’y a pas une causalité entre l’une et l’autre, l’excès de candida provoque une déficience nutritionnelle, notamment de magnésium ; le manque de magnésium est directement lié à la fatigue[17]. La candidose provoque aussi un déficit de acides gras essentiels et de vitamine B6.

Les infections vaginales, et en certains cas urinaires[18], sont aussi liées à cette condition[19] ; les symptômes d’une infection par levure sont de l’inflammation de la zone vaginale, de la douleur en urinant ou pendant les rapports sexuels, et une substance blanche épaisse. Les problèmes au niveau intestinal peuvent inclure des nausées, du ballonnement, constipation ou diarrhée, et même la maladie de Chron[20]

D’autres infections pouvant apparaître à cause de la candidose sont des sinus[21], de la peau et des ongles[22]. Des douleurs articulaires sont aussi liées à un excès de candida[23].

Comment remédier à la candidose ?

La question se pose alors : comment éviter cette croissance démesurée du champignon ? Le keto peut-il m’aider ? En effet, et comme on a déjà établi, la levure s’aliment du sucre. Vu qu’en alimentation cétogène on réduit de façon importante la consommation de sucre et des glucides, on est déjà un pas en avant ! S’alimenter avec des produits bruts, riches en bonnes protéines et lipides, va nous permettre un équilibre de notre microbiote et mycobiote qui évitera que le candida domine tout. Si on a cette condition, il faudra faire attention à ne pas abuser du fromage, car ça pourrait avoir un effet sur le candida, même si ça n’a pas été formellement établi[24].

Quels sont les aliments à privilégier ?

Certains aliments sont à privilégier car ils peuvent aider à lutter contre la candidose (et devinez quoi ? Ils sont tous keto compatibles !). Les probiotiques[25] et les aliments fermentés sont censés d’être une bonne aide pour récupérer et équilibrer le microbiote et mycobiote. Les polyphénols et acides acétiques présents dans le kombucha de thé seraient efficaces pour tuer le champignon[26]. L’allicine, présente dans l’ail, s’est avéré efficace pour agir contre les levures telles que le candida[27] [28]. Notre chère huile de coco, riche en acide laurique, est aussi une bonne alternative pour combattre l’infection[29] [30]. La curcumine[31] [32] [33] et le xylitol[34] ont montré aussi des résultats efficaces (sans abuser du xylitol, vu ses effets laxatifs si pris en grandes quantités).

Pour résumer : retrouver l’équilibre de nos bactéries et levures est essentiel pour une bonne santé. L’alimentation cétogène, avec son approche riche en aliments de qualité et pauvre en sucre, est une excellente alternative pour atteindre cet objectif. Et en plus, on peut se régaler avec des aliments délicieux qui nous permettent être rassasiés, perdre du poids et améliorer notre santé en général. Moi, ça me va !


[1] https://www.npr.org/sections/health-shots/2016/04/16/474375734/the-human-body-s-complicated-relationship-with-fungus?t=1635413304651

[2] https://journals.plos.org/plospathogens/article?id=10.1371/journal.ppat.1000713

[3] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20203603/

[4] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21508958/

[5] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29178920/

[6] https://www.cdc.gov/fungal/diseases/candidiasis/index.html

[7] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10968716/

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3262537/

[9] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC302772/

[10] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3448089/

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3521253/

[12] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/7628203/

[13] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3075448/

[14] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC120028/

[15] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1742467/

[16] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23705242/

[17] http://www.orthomolecular.org/library/jom/1985/pdf/1985-v14n01-p050.pdf

[18] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2863365/

[19] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9500475/

[20] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3163673/

[21] https://www.sciencedaily.com/releases/1999/09/990910080344.htm

[22] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC419368/

[23] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4742637/

[24] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24789109/

[25] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21672043/

[26] https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1745-4514.2011.00629.x

[27] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2318745/

[28] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21204918/

[29] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17651080/

[30] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27051559/

[31] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22178679/

[32] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24145527/

[33] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21358761/

[34] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10946407/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *