Le blog français de l'alimentation cétogène et low carb

Help ! Je perds mes cheveux en keto, est-ce normal ?

28 août 2021
Notez l'article
4.8/5 - (5 votes)
4.8/5 - (5 votes)

Je perds mes cheveux depuis que j’ai commencé le keto !

Tu démarres l’alimentation keto, tu te sens incroyable, plein(e) d’énergie, tes performances sportives augmentent, tu ne ressens plus de creux dans l’estomac en permanence, tu t’éclates avec des nouvelles recettes, comme celles de nos pro du keto que tu trouves sur le blog de Délices Low Carb, tu peux jeûner facilement. Bref,  tout va bien, et voilà qu’un jour après t’être lavé, tu retrouves tellement de cheveux dans la douche que tu pourrais tricoter un pull.

Et bien sûr, les doutes commencent…

Les doutes, les questions

Est-ce la faute de mon alimentation keto ? Suis-je en train de me faire du mal ? Pourquoi je perds mes cheveux comme ça ? Toutes questions très valables, mais pas de panique ! C’est un phénomène très répandu en keto et je vais vous offrir des réponses pour vous soulager.

Un phénomène appelé : « Telogen effluvium »

Le nom scientifique de ce type de perte de cheveux est telogen effluvium[1], c’est-à-dire c’est une perte de cheveux qui n’a pas une cause définie exactement (même si il y a des indices pour connaître la cause), contrairement à d’autres pertes de cheveux, comme la perte de cheveux induite par la chimiothérapie ou la radiothérapie, la calvitie masculine prématurée ou l’alopécie areata. Les cheveux et les poils, comme les cellules, entre autres, ont un cycle de vie assez complexe. Poussant sous la peau, les cheveux s’étendent à partir d’une racine, connue sous le nom de follicule. À partir du moment où chaque cheveu commence à pousser jusqu’au moment où il tombe plusieurs années plus tard, il passe par quatre étapes : anagène, catagène, télogène et exogène[2].

Le cycle de la vie d’un cheveu

La première phase : l’anagène

La première phase, anagène, est la phase de croissance, qui peut durer entre deux et sept ans (wait what ? Beh oui, c’est long de faire pousser des cheveux !). Cette phase et sa durée déterminent la longueur des cheveux.

La deuxième phase : la catagène

La phase suivante, la catagène, également connue sous le nom de phase de régression, ne dure qu’environ 10 jours. Pendant ce temps, le follicule pileux rétrécit et se détache de la papille dermique.

La troisième phase : la télogène

La troisième phase c’est la télogène, qui dure à peu près trois mois.

La quatrième phase : l’exogène

La quatrième et dernière phase, l’exogène, correspond au moment où les cheveux finissent par se détacher et tomber. Pendant la phase télogène, les cheveux au repos restent dans le follicule jusqu’à ce qu’ils soient repoussés par la croissance d’un nouveau cheveu anagène. Cette phase dure environ 100 jours pour les cheveux et beaucoup plus longtemps pour les poils des sourcils, des cils, des bras et des jambes. À n’importe quel moment de notre vie, on a 10% de follicules en phase télogène.

Pendant cette phase, le follicule pileux est complètement au repos et le nouveau cheveu/poil est complètement formé. Si on enlève un cheveu dans cette phase on verra à la racine un matériau solide, dur, sec et blanc.

Les perturbations dans la phase télogène

Tout ce qui perturbe le cycle de croissance des cheveux peut faire entrer plus de cheveux dans la phase télogène. Lorsque cela se produit, une plus grande quantité de cheveux tombera lorsque les cheveux entreront dans la phase exogène quelques mois plus tard[3]. Cette chute excessive est connue, comme je vous ai dit, sous le nom de telogen effluvium, et bien que la perte de cheveux soit diffuse (répartie sur tout le cuir chevelu), certaines personnes peuvent remarquer plus de perte près de l’avant du cuir chevelu.

La perte de cheveux est un phénomène naturel

Nous perdons de vieux cheveux abîmés et faisons pousser de nouveaux cheveux tout le temps ; nous ne remarquons généralement pas la perte de cheveux à moins qu’elle ne soit rapide et / ou extrême, comme certaines personnes le ressentent après avoir été céto pendant un certain temps. Un cuir chevelu normal a une moyenne de 100 000 cheveux (ça fait quelque chose, penser à ce chiffre !), dont environ 86 % en anagène, 1 % en catagène et 13 % en télogène.

Mais pendant le telogen effluvium, ce rapport change : 70 % en anagène et 30 % en télogène, avec jusqu’à 300 cheveux perdus par jour.

Les causes du « telogen effluvium »

Un choc

Le telogen effluvium est causé par différentes circonstances qui provoquent la perte de cheveux, le premier étant un choc qui provoque une perturbation temporaire du cycle pilaire (on commence à voir le lien avec le keto, on passe de milliers de glucides à 20 grammes… c’est ce que j’appelle un choc ![4]). Ce qui est bien c’est que, une fois l’événement qui a déclenché la perturbation est terminé, les follicules retrouvent leur état de croissance et commencent à produire des nouvelles fibres capillaires assez rapidement.

Bon mais Laura, ça fait 10 mois et je continue à perdre les cheveux… ça ne colle pas, ton explication ! Eh si, car un des chocs qui affectent la phase télogène ­– au-delà d’une haute fièvre, d’un accouchement, une chirurgie, et le stress – c’est une perte rapide de poids. En connaissant donc les effets du keto, on peut dire que ça colle très bien : step 1, choc causé par la diminution drastique de glucides ; step 2 : perte de poids rapide et permanente ; step 3 : step 1 + step 2 + stress.

Je ne suis pas en train de dire que le keto nous stresse, au contraire, mais il faut avouer que la vaste majorité d’entre nous subissons des niveaux de stress permanents : le boulot, les courses, les enfants, les embouteillages, ce boss que tu as envie d’étrangler, et ne parlons pas de la Covid et compagnie. En tout cas, si on commence à se souvenir des régimes pourris qu’on faisait avant le keto, il y a des fortes chances qu’il y ait eu aussi des cheveux perdus : la restriction calorique extrême, typique des régimes hypocaloriques, est un facteur majeur de perte de cheveux[5] [6].

Carence nutritionnelle ou trouble de la thyroïde

Un autre type de telogen effluvium peut survenir lorsque le déclencheur qui perturbe le cycle pilaire est en cours, par exemple, un trouble de la thyroïde ou une carence nutritionnelle.

La réduction de l’apport calorique

Mais bon, Laura, tu nous as écrit un article sur les carences en alimentation cétogène et on a conclu que si c’est fait adéquatement, on n’en a pas. Yes, très vrai. Mais… (il y a toujours un mais) comme on est souvent vite rassasiés avec nos délicieux repas keto, on consomme moins de calories (d’où l’intérêt de, au moins au début, compter ses macros pour ne pas être sous alimentés). Quand on réduit l’apport calorique, le corps répond en envoyant l’énergie pour les fonctions les plus importantes (croissance cellulaire, fonctionnement correcte des poumons, cœur, foie, etc.). Donc, ça laisse moins d’énergie pour le processus de croissance de cheveux[7].

L’importance des protéines

Surtout, on a une petite tendance à manger moins de protéines car certains pseudo coachs sur l’Internet nous parlent de nous gaver de gras et ça laisse trop peu de place aux protéines, macronutriment essentiel pour la vie et la reproduction cellulaire. Comme j’ai déjà mentionné, il y a environ 100 000 follicules dans notre tête ; 86 % sont en phase de croissance, donc ça nécessite d’une quantité importante de protéines, vitamines et minéraux[8].

Si l’alimentation est équilibrée, et ça fait un moment que les cheveux tombent en grosse quantité, mais que ça repousse assez vite (en gros, on n’est pas devenu chauve), c’est que tous les processus s’accélèrent un peu. Vous savez que je suis keto depuis des siècles : tous les matins je ramasse un paquet de cheveux, si je les avais gardés je pourrais me faire un duvet. En revanche, vous avez vu ma chevelure… on ne va pas dire que je manque de crinière !

Bon, j’arrête mes blagues nulles : des experts comme Eric Westman encouragent les gens qui démarrent une alimentation cétogène à être patients[9] et laisser le corps faire.

Mes petites astuces

Mais si vous êtes le genre à stresser (donc pas bon), voici des petites astuces : manger des crustacées, épinards, viande rouge, et graines de courges (pour le fer, qui aide pousser les cheveux). Essayez de rajouter des probiotiques : un changement drastique d’alimentation peut entraîner des changements au niveau du microbiote, ce qui va avoir un impact l’absorption de nutriments. Une meilleure absorption va donc aider à la repousse des cheveux. Utilisez de l’huile de coco[10] sur vos cheveux (au-delà de la manger !) : massez les cheveux avec cet élixir magnifique (il y en a une superbe chez Délices Low Carb, elle se mange et elle sert aux massages !). L’huile de coco a un poids moléculaire faible, ce qui permet de l’absorber plus facilement[11].

No stress ! Mon conseil final : soyez patients, et si on perd beaucoup de cheveux mais qu’on crée des nouveaux, alors il ne faut pas stresser (surtout pas, le stress est très néfaste !). Les bienfaits de l’alimentation cétogène sont énormes ; on peut donc assumer qu’on va un peu boucher la douche pendant un moment, mais ce n’est pas grave ! Tout ce qu’on gagne à coté c’est énorme. Finalement, ce qui est le plus important c’est d’avoir de bonnes analyses, et que les cheveux soient toujours là. Si ces deux conditions sont remplies, on respire et on continue. Moi, au moins, je ne changerai rien. Certes, quelquefois ma douche elle est bouchée, mais en même temps j’ai des cheveux qui poussent partout ! Et vous, team Lion King comme moi ?


[1] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12190639/

[2] https://journals.biologists.com/jcs/article/119/3/391/29231/The-hair-cycle

[3] https://www.intechopen.com/chapters/54176

[4] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19172026/

[5] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/946869/

[6] https://jamanetwork.com/journals/jamadermatology/article-abstract/535900

[7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5315033/

[8] https://link.springer.com/article/10.1007/s13555-018-0278-6

[9] https://www.youtube.com/watch?v=Cgv92mfTj4k

[10] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/07315724.2018.1497562

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4387693/

3 réponses

  1. Merci beaucoup pour cet article Laura qui explique les choses que j’ai vécues !
    J’ai effectivement perdu beaucoup de cheveux au cours des 6 premiers mois de l’alimentation cétogène. J’ai été inquiète au point de me dire que j’allais devenir chauve! J’ai même commencé une cure de collagène (que je continue toujours d’ailleurs).
    Perdre des poignées entières de cheveux, c’était affolant mais c’est désormais de l’histoire ancienne!
    Merci de nous rassurer!

  2. Merci pour toutes ces infos capillaires. Pour les probiotiques, il vaut mieux faire préalablement une analyse pour connaître précisément les familles de bactéries en dysbiose, puis se faire conseiller en pharmacie ou directement auprès des laboratoires. Tous les probiotiques ne se valent pas.

    1. J ai demandé à mon médecin de me prescrire une analyse de sang et je l’ ai faite car chute anormale de cheveux. ( Ma coiffeuse panique… Et moi aussi )
      Résultats grosse carence en vitamine D donc est ce seulement ça ou couple avec keto c’est fatal !! Nouveau rdv pris pour avoir un traitement de choc en vit.D en espérant que ça va le faire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *