Keto et vie de famille ?

26 avril 2021
Notez l'article

Hello tous, 

Je vous retrouve ici aujourd’hui pour aborder un thème qui revient souvent dans vos messages : est-ce possible d’allier une alimentation cétogène et sa vie de famille ?

Je vais couper court à tout suspens insoutenable la réponse est OUI !

Lorsque j’ai moi-même commencé, je me suis évidemment posée la même question.

Keto et vie de famille premier point:

Ne faites pas comme moi ! 

Je me suis prise pour une guerrière, en décidant que « mon régime » à l’époque ne devait pas impacter sur ces moments de partages en famille qui chez nous sont très importants.

C’est ainsi que pendant les premières semaines de ma nouvelle alimentation, en rentrant le soir du bureau à 19h, devant gérer les bains et les devoirs, je me suis entêtée à cuisiner des plats à part pour eux VS mon assiette à moi ! 

Cela a duré 15 jours ! 

C’est là aussi un point important : ne pas être seul !

Votre famille c’est comme vos premiers fans, votre team

Beaucoup de mamans me parlent de la culpabilité ressentie de « mieux manger » et de continuer à donner ce qu’elles considèrent comme du poison à leurs enfants, alors pourquoi ne pas les embarquer avec vous ? 

Alors ATTENTION, il ne s’agit pas de mettre les enfants en alimentation cétogène, c’est PROSCRIT sauf avis médical. On ne va pas compter leurs macros, les priver, ou les forcer à quoi que ce soit.  Le but c’est d’enclencher un changement pérenne et ainsi leur apporter avant tout une éducation alimentaire, leur apprendre à faire les bons choix.

Soyons honnêtes

Car je le suis toujours avec vous. Le Kéto et vie de famille, c’est une galère sans nom au départ.

Pour mes enfants, à l’époque 5 et 8 ans, baignant dans le sucre à profusion sous toutes ses formes, ne pensez pas que du jour au lendemain ils m’ont dit : «  oh chouette on va manger des épinards » (cela n’arrive que dans les productions Disney ce genre de scènes !)

Le changement s’est fait progressivement.

Les plats salés du quotidien, le midi et le soir. 

Souvent les enfants qui mangent à la cantine le midi, ont des féculents à tous les repas, dites-vous donc que ces jours là, il n’est pas fou de leur servir que des légumes le soir. 

Le plus simple est de partir sur la même base pour tout le monde et adapter en petites quantités pour eux. Le week-end par exemple il n’est pas rare que je fasse en plus, une petite portion de riz, ou de pâtes pour eux quand vraiment je sais que le légume proposé ne passera pas.

L’avantage de l’alimentation cétogène c’est que nos légumes avec la crème et le beurre ont du goût !

Vous pouvez également faire des deal avec eux : « pâtes le midi mais le soir on mangera des légumes ». Tout est question de compromis et de bon sens.

Pour la partie « sucrée » cela peut s’avérer délicat. 

Mes enfants ont eu du mal au début car j’y suis allée tout de suite très «  sans sucre » avec du chocolat 100%, et peu de sucrant = échec cuisant ! 

J’ai donc changé mon fusil d’épaule et tout repris depuis le début. J’ai commencé par utiliser un chocolat 85%, avec du sucrant suffisant, et c’est devenu bon ! J’ai donc réalisé quelques fois ainsi, puis j’ai commencé à utiliser du 90% en gardant le sucrant, et ainsi de suite. Aujourd’hui après deux ans et demi ils mangent tous les desserts cétogènes avec gourmandise.

Dans les desserts il faudra néanmoins garder un point de vigilance : la bonne dose de sucrant !

Leurs petits ventres sont plus fragiles que les nôtres, parfois plus réactifs donc attention à ne pas juste « transposer » des recettes d’avant cétogène sinon gare aux maux de ventre quand on voit les quantités affolantes de sucre dans certaines recettes.

Pour les snacks, les bonbons, les pâtes à tartiner, les confitures, bien entendu ne les privez pas mais donnez leurs des alternatives. Mes enfants sont sans soucis passer de la confiture Bonne Maman aux confitures du site Délices Low Carb, ou à leurs bonbons. Il existe aussi des chocolats dans le commerce qui sont tout allégés en sucres, et qui gardent le goût ! 

Ne culpabilisez pas si tout n’est pas parfait, il n’est pas rare que mes enfants mangent des crêpes cétogènes mais avec un peu de sucre roux ! Quand bien même ce n’est pas parfait ce n’est pas grave, cela reste des enfants.

Deux points importants que je tiens à souligner :

1) Le budget 

Vous pouvez penser à juste titre qu’impliquer toute la famille, revient plus cher à terme. Et bien pas du tout !
Certes au départ, je ne vous le cache pas mon budget a explosé à juste titre. Je n’étais équipée en rien, j’avais envie de tout avoir, de tout goûter, réaliser toutes les recettes de desserts que je voyais passer. D’ailleurs c’est de ce constat qu’est né mon blog, souvent pour faire des pâtisseries j’étais capable de dépenser pas mal d’euros en ingrédients venus de l’espace pour au final ne pas aimer ! Depuis mon but c’est surtout faire du bon, du whaou parfois mais avec du simple et accessible !

Après quelques mois tout s’est stabilisé, et après ces deux années, mon budget «  nourriture » est même réduit car tous les mois de ce dernier, j’arrive à mettre de côté !

Il faut juste avoir je pense une bonne organisation.

Je ne vais au supermarché que deux fois par mois, tous les 15 jours pour « l’épicerie », sinon je vais toutes les semaines chez le boucher ou poissonnier, et chez le primeur. Je n’ai pas de menus établis mais je sais toujours ce que nous mangerons dans la semaine. Beaucoup de choses reviennent également souvent, notamment avec des enfants.

Je ne vais au supermarché que deux fois par mois, tous les 15 jours pour « l’épicerie », sinon je vais toutes les semaines chez le boucher ou poissonnier, et chez le primeur. Je n’ai pas de menus établis mais je sais toujours ce que nous mangerons dans la semaine. Beaucoup de choses reviennent également souvent, notamment avec des enfants.

Je vais aussi souvent au marché.

Si vous y allez comme moi à la toute fin, vous serez étonnés des bas prix pratiqués par les commerçants souhaitant vendre plutôt que de remballer ! Au départ je vous avoue que je me suis retrouvée en fin de marché par manque de volonté de me lever aux aurores mais finalement ça paye ! Moins 50% sur les légumes, parfois des petits fruits en plus, une boite d’œufs achetée on vous en offre une, ayez le sourire, sympathisez avec les petits producteurs et vous verrez les économies !

Sur Déliceslowcarb. Ce n’est un secret pour personne. Je commande les produits que je n’achète plus du tout dans le commerce notamment les pâtes à tartiner, les pains, les confitures et toutes les matières premières qui me servent à faire des goûters sains et de ce fait dire bye bye aux gâteaux industriels qui pèsent sacrément lourds sur le ticket de caisse.

Car nous le savons tous les enfants sont avant tout attirés par la couleur du paquet, et les plus attrayants sont très souvent les marques les plus connues et les plus chères ! Ce budget récupéré va servir à acheter des bonbons ou des sucettes low carb qui dans le temps sont de moins en moins consommés aussi. Les enfants aussi se déshabituent de leurs mauvaises habitudes !

2) La communication et l’implication

Les deux mots à retenir pour embarquer toute votre famille dans l’aventure keto et vie de famille.

  • Ne pas faire de l’alimentation cétogène un secret, un tabou ou un régime à la mode.
  • C’est un changement de vie sur le long terme.

Investissez vos enfants !

S’ils sont petits, ne rentrez pas dans les détails, mettez-les en cuisine avec vous sur les pâtisseries, emmenez les au marché, parlez leur des légumes.

S’ils sont plus grands, expliquez-leur avec des mots simples, qui ne font pas peur non pas que vous suivez une alimentation cétogène mais que pour la santé il est important de faire attention aux quantités de sucres pour tous.

Ne collez pas une étiquette de régime à votre alimentation et investissez les au maximum dans ce nouveau quotidien.

Le jeu des étiquettes

Au supermarché cela peut être ludique avec vos enfants, montrez leur que parfois sur des produits salés on trouve du sucre, demandez-leur leurs avis sur la question, ouvrez le dialogue et vous serez peut être même étonnés de leurs réponses et leur investissement au quotidien.

Au-delà d’un simple régime il doit y avoir une prise de conscience des méfaits du sucre à outrance. 

En cela, cette prise de conscience peut être que vous l’aurez plus vite que le reste de la famille, peut- être que vous n’arriverez pas à les convaincre de suite, mais une chose est certaine, même si tout ne sera pas parfait, ce sera déjà un sacré pas en avant que d’en réduire sa consommation. 

Pour vous y aider, bon nombre de recettes sont possibles, et surtout goûteuses pour les embarquer avec vous. Le choix des produits est également là, et ça, dans le paysage français de l’alimentation même si c’est encore moindre c’est également un grand coup de pouce pour ceux qui ont décidé comme vous de changer leur alimentation pour avant tout une meilleure santé. 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *